Actualité


Le partenariat entre le CHICAS de Gap et L'institut Paoli-Calmettes : le bilan de 5 ans de coopération

Catégorie : Dossiers de presse, Communiqués de presse IPC

L’Institut Paoli-Calmettes et le Centre hospitalier intercommunal des Alpes du sud
réaffirment leur partenariat en radiothérapie,
au vu du bilan des 5 ans de coopération

Gap, le 1er juin 2018.
Le partenariat entre l’Institut Paoli-Calmettes (IPC) et le Centre Hospitalier Intercommunal des Alpes du Sud (CHICAS) existe depuis de nombreuses années dans le cadre de la prise en charge des patients atteints de cancer. Il permet l’amélioration des pratiques en cancérologie et de formation des professionnels de santé afin de mieux répondre aux besoins des personnes atteintes de pathologies cancérologiques (tumeurs solides et néoplasies hématologiques). Cette collaboration s’inscrit dans le cadre du maillage régional des réseaux de santé en cancérologie mis en place par le projet régional de santé de la région PACA et dans le cadre du projet médical partagé du groupement hospitalier de territoire (GHT) des Alpes du Sud.

Le 23 septembre 2013, le partenariat s’est renforcé par le transfert de l’autorisation d’activité de radiothérapie du CHICAS à l’IPC, faisant du service de Gap une antenne décentralisée du département de radiothérapie de l’IPC. Cette opération de maintien de l’activité sur le site de Gap favorise l’égalité d’accès à des soins de qualité en cancérologie pour les patients du  territoire, quelle que soit leur situation géographique, d’une part en maintenant sur place un service de proximité de qualité « labellisé IPC », et d’autre part en facilitant le recours à l’IPC pour les malades qui en auraient besoin.
Sur le terrain, cette organisation facilite les échanges et les liens privilégiés entre les praticiens radiothérapeutes et leurs équipes, tous membres du même département de radiothérapie de l’IPC, placé sous la responsabilité médicale du Dr Agnès TALLET :
- Elle permet d’harmoniser les pratiques et d’éviter les redondances d’examens ; en cas de nécessité et selon les pathologies, l’IPC reste bien sûr centre de recours pour les patients, mais toujours dans l’optique de favoriser le retour vers le centre thérapeutique de proximité de Gap.

... / …
- Elle facilite la participation des équipes médicales du CHICAS aux protocoles de recherche mis en œuvre par l’IPC ; ainsi des patients suivis à Gap, s’ils répondent aux critères d’inclusion, ont accès aux essais thérapeutiques innovants.
- Elle donne aux professionnels de santé du CHICAS une priorité d’accès aux programmes de formation continue médicale et non médicale organisés par l’IPC.
5 ans après le lancement de ce partenariat, les chiffres soulignent l’intérêt de ce dernier. En 2016, 10 416 séances ont été réalisées à Gap dans le cadre de la coopération CHICAS-IPC, ce qui démontre une augmentation d’activité de la filière cancer sur le territoire. 74 % des patients pris en charge étaient originaires des Hautes-Alpes et 24 % des Alpes de Haute-Provence.

A propos du CHICAS :
Le CHICAS est l'établissement de santé de référence en cancérologie pour le territoire des Hautes-Alpes.

Le site de Gap Muret est le plus complet au niveau de l'offre de soins et le plus technique du point de vue de ses installations. D'importants travaux de reconstruction-extension sont en voie d'achèvement, visant en priorité l'amélioration de la prise en charge et de la qualité des soins, la rénovation des conditions de travail du personnel et le développement des activités hospitalières. Après les services de chirurgie, qui ont intégré de nouveaux locaux en 2013 et le bâtiment gériatrique mis en service en 2014, l'année 2016 a vu l'ouverture des nouvelles urgences et de l'hôpital de jour dédié à la prise en charge des pathologies cancéreuses. L'achèvement du programme de rénovation concernera essentiellement l'extension du bloc opératoire et la réalisation de locaux dédiés à la stérilisation.
Le site de Sisteron dispose d’un plateau technique équipé notamment d’un laboratoire de biologie médicale et d’un service d’imagerie médicale incluant un scanner. Le service des urgences-SMUR s’appuie sur ces équipements pour remplir son rôle de service de proximité d’accueil, de traitement et d’orientation des patients.
En se dotant tout récemment d’un robot chirurgical dernière génération le CHICAS est à la pointe de la technologie puisqu’il permet de réaliser des chirurgies de haute précision avec un degré de dextérité extrêmement élevé. Il s’agit du premier robot installé sur la zone nord-ouest de la région PACA, accessible à tous les patients du territoire.
Cet outil ultra-technique permet d’atteindre une précision inégalée dans l’acte du chirurgien, qui reste bien évidemment l’acteur essentiel de l’intervention, aidé par un assistant et l’ensemble de l’équipe opératoire.
L’utilisation du robot en urologie (prises en charge en cancérologie), en chirurgie bariatrique (chirurgie de l’obésité) ou colorectale ou en gynécologie… présente de multiples avantages : diminution des douleurs post-opératoires, réduction des délais de rétablissement, diminution des risques d’infection, de saignements…

… / …

A propos de l’INSTITUT PAOLI-CALMETTES


Basé à Marseille, et membre du groupe UNICANCER, l’IPC rassemble 1 550 chercheurs et personnels médicaux et non médicaux, engagés dans la prise en charge globale de l’ensemble des pathologies cancéreuses : recherche, soins médicaux et de support, enseignement et formation. L’IPC a réalisé plus de 100 000 consultations et accueilli plus de 10 280 nouveaux patients en 2017, et est donc le troisième centre de lutte contre le cancer français. La prise en charge à l’IPC s’effectue exclusivement sur la base des tarifs de la sécurité sociale, et les dépassements d’honoraires ne sont pas pratiqués dans l’établissement. L’IPC a été certifié par la Haute Autorité de Santé (HAS) en 2015 niveau A, sans remarque. L’IPC abrite le Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille (CRCM) qui réunit Aix-Marseille université (AMu), le CNRS, l’Inserm et l’IPC.
L’Institut Paoli-Calmettes, notamment à travers son nouveau projet d’établissement s’enracine dans le socle des valeurs communes aux centres de lutte contre le cancer dont l’IPC fait partie : la quête d’excellence, la solidarité, l’humanité, et l’innovation dans la relation aux patients. Ainsi, l’IPC marque plus nettement son appartenance à Unicancer, groupe hospitalier exclusivement dédié à la lutte contre le cancer. UNICANCER réunit tous les Centres de lutte contre le cancer (CLCC), établissements privés, à but non lucratif, assurant une triple mission de soins, recherche et formation dans le domaine de la cancérologie, et répartis sur 20 sites dans 16 régions françaises. Créée en 1964, la Fédération des centres de lutte contre le cancer devenue UNICANCER en 2011, porte un modèle unique de prise en charge des patients. Elle est la seule fédération française entièrement dédiée à la cancérologie. UNICANCER prend en charge 1 personne sur 10 atteintes d’un cancer en France.

 

Contacts presse :  
 CHICAS de Gap - Joëlle ALPHAND – Attachée d’administration Direction générale
 04 92 33 70 40 – joelle.alphand(at)chicas-gap(dot)fr
 IPC - Elisabeth BELARBI – Chargée des Relations presse
 04 91 22 37 48 - 06 46 14 30 75 – belarbie(at)ipc.unicancer(dot)fr

Pour plus d’informations : www.institutpaolicalmettes.fr

 

Retrouvez le communiqué de presse ici.

Retrouvez le dossier de presse ici.