Actualité


Journée mondiale contre le cancer

Catégorie : Communiqués de presse IPC

L'IPC présente une feuille de route qui dessine l'avenir de la cancérologie

Le 31 février 2018.

Marseille, le 31 janvier 2018. A la veille du 4 février, journée mondiale de lutte contre le cancer, l’Institut Paoli-Calmettes (IPC) présente sa feuille de route pour 2018, une année marquée par des événements emblématiques de l’avenir et de l’innovation, qui préfigurent l’avenir de la cancérologie, du point de vue de la recherche, des techniques médicales, mais aussi des évolutions sociétales.

En février sera réalisée à l’IPC la 7 000ème résection chirurgicale digestive en 20 ans. En effet, l’équipe de chirurgie digestive a pratiqué 3 500 chirurgies du côlon et du rectum, 2 500 chirurgies du foie et du pancréas, 1 000 chirurgies de l’œsophage et de l’estomac. L’Institut est aujourd’hui le centre qui affiche une des plus fortes activités de chirurgie digestive sur la région PACA. L’activité est en croissance constante : + 30 % envisagés entre 2018 et 2022, sur toutes les pathologies concernées (côlon, rectum, foie, pancréas, oesophage, estomac). Une tendance qui s’explique par une expertise reconnue, un savoir- faire technique à la pointe de l’innovation.

La chirurgie digestive est de plus en plus souvent pratiquée à l’IPC avec des méthodes mini-invasives (robot, coelioscopie 3D, voie trans-hiatale…), ce qui permet des séjours hospitaliers réduits. Plus de 200 patients ont bénéficié de prises en charge en réhabilitation améliorée (RAAC) en chirurgie digestive depuis 2 ans. Dès 2018, des patients seront pris en charge en ambulatoire. Même dynamique pour l’activité d’endoscopie, diagnostique et thérapeutique, qui enregistre une augmentation de 20 % sur les 5 dernières années. En outre, avec plus de 100 pancréatectomies par an, l’IPC fait partie des centres français ayant la plus grosse activité chirurgicale sur les cancers du pancréas.

Le 13 avril, l’IPC organisera son 5ème débat public sur le thème « Guérir le cancer, guérir de cancer ». Une initiative de démocratie sanitaire pour enrichir le dialogue entre les acteurs de l’Institut, les patients et la société civile autour d’enjeux forts en cancérologie. Créateur du premier Comité de patients dans des Centres de lutte contre le cancer, l’IPC est pionnier dans la mise en œuvre d’initiatives concrètes de démocratie sanitaire, comme ces débats publics.

En juin seront présentés au Congrès de l’ASCO (Etats-Unis) les résultats d’un essai d’im- munothérapie sur le cancer du foie avancé et du côlon, une étude multicentriques à laquelle est associée l’IPC.Aucun traitement d’immunothérapie n’est disponible à ce jour en routine pour les cancers digestifs.

En juillet, le département d’imagerie de la femme ouvrira ses portes dans des locaux neufs, conçus pour proposer un diagnostic précoce et précis, pour des femmes qui seront accueillies dans des conditions de confort moins anxiogènes.

Evénement majeur à la rentrée de septembre, IPC4 ouvrira ses portes. Ce bâtiment dédié à l’hématologie lourde réunira, ce qui est unique en France, le laboratoire de qualification des greffons (thérapie cellulaire) et 80 chambres aux standards les plus modernes et sé- curisés, en particulier un traitement d’air du niveau de blocs opératoires. L’IPC figure parmi les premiers centres européens en nombre de patients allogreffés.

En novembre,c’est la radiothérapie qui accélère avec la mise en service du nouvel accélérateur avec IRM embarqué, le MRDian, qui, par sa précision, révolutionne l’efficacité et la précision des séances, mais aussi les indications de radiothérapie.

Fin 2018, un essai particulièrement innovant sera lancé par l’IPC pour appliquer la stratégie de thérapie cellulaire à des cancers du pancréas (essai de thérapie cellulaire adoptive utilisant des lymphocytes T stimulés ex vivo et réinjectés au patient). L’Inserm lance en 2018 la construction, sur le site de l’IPC, d’un bâtiment dédié au cancer du pancréas qui réunira équipes de recherche et cliniciens. L’occasion de renforcer une véritable task force autour de ces cancers aux pronostics encore sombres, et dont la prévalence augmente.

Enfin, l’IPC lancera en avril 2018 un nouveau projet d’établissement pour les 5 années à venir, un projet qui, lui aussi, illustre les changements profonds en cancérologie et qui s’appuie sur le socle des valeurs communes aux centres Unicancer dont l’IPC fait partie : la quête d’excellence, la solidarité, l’humanité, et l’innovation dans la relation aux patients.

« Les progrès de la recherche, de la médecine, mais aussi les nouvelles technologies, qui sont déjà une réalité dans des centres de lutte contre le cancer comme l’IPC, permettent aujourd’hui de soigner plus vite, mieux, avec un prix moins lourd à payer pour la guérison. Des séjours hospitaliers de plus en plus réduits, des thérapies médicamenteuses de plus en plus ciblées et souvent orales, le recours à la radiologie interventionnelle ou aux approches coelioscopiques,mais aussi une radiothérapie plus ciblée et efficace,sont autant de pratiques qui favorisent les prises en charge que l’on appelle « hors les murs », avec un patient beaucoup plus sollicité pour être acteur de ses soins,autour duquel se déploient des parcours rapides et personnalisés, grâce à une organisation qui se restructure entièrement », commente le Professeur Patrice Viens, Directeur général de l’IPC.

 

Retrouvez ce communiqué de presse en PDF


 

 

Contact presse : Elisabeth BELARBI

06 46 14 30 75 - communication@ipc.unicancer.fr