Actualité


Pilotage national, politique de site et fusions inter-CLCC au coeur de la nouvelle stratégie Groupe UNICANCER

Catégorie : Informations institutionnelles , IPC à la une, Communiqués de presse IPC

Les Centres de lutte contre le cancer et UNICANCER  mettent en place une stratégie groupe autour de trois axes principaux :

  1. Un renforcement du pilotage national par UNICANCER
  2. La politique de site, l’ancrage territorial
  3. L’accroissement de la capacité d’action des CLCC, grâce à des fusions entre certains centres

Pérenniser le modèle de prise en charge des CLCC

Cette stratégie Groupe s’inscrit dans la continuité des plans stratégiques menés depuis 2007 au sein d’UNICANCER et avec les CLCC, et qui ont amené notamment à une mutualisation croissante et progressive réalisée au niveau national entre les CLCC. Elle a pour but de :

  • Mieux adapter les CLCC à un contexte en forte évolution (réforme territoriale découpant la France en 13 grandes régions à partir de 2016, loi de santé créant les groupements hospitaliers de territoire (GHT), contrainte financière croissante de la part des pouvoirs publics caractérisée par la maîtrise des dépenses de santé et la baisse tarifaire, restructuration du secteur public hospitalier et  privés lucratifs).
  • Prendre en compte les évolutions de la cancérologie nécessitant des investissements lourds et coûteux et de nouvelles compétences (sur la base de l’étude prospective menée par UNICANCER  portant sur l’évolution de la prise en charge du cancer à horizon 2020-2025).

Garder une longueur d’avance

Les fusions permettraient de mettre en œuvre un projet médical unique décliné sur chaque site en tenant compte de la complémentarité de chacun, d’augmenter l’attractivité des CLCC auprès des professionnels de santé, d’augmenter leur visibilité en France et à l’international et de préserver et valoriser le rôle d’« éclaireurs » des Centres en matière de prise en charge innovante en cancérologie. Les patients continueraient à être soignés dans le Centre le plus proche de chez eux, sauf dans des cas de cancers rares pour lesquels il n’existe pas d’expert sur site, ou pour le recours à des techniques et/ou des équipements rares et sophistiqués. Les fusions permettraient de maintenir la position de leadership des CLCC sur les innovations diagnostiques, thérapeutiques et organisationnelles mises à disposition des patients. Les fusions épouseraient pour la plupart d’entre eux les nouvelles régions administratives et/ou le périmètre des cancéropôles :

  • Rhône Alpes-Auvergne : Centre Léon Bérard (Lyon) - Centre Jean Perrin (Clermont Ferrand)
  • PACA : Institut Paoli Calmettes (Marseille) - Centre Antoine Lacassagne (Nice)
  • Nord-Ouest : Centre François Baclesse (Caen) - Centre Henri Becquerel (Rouen) - Centre Oscar Lambret (Lille)
  • Façade atlantique : Institut de cancérologie de l’Ouest (Angers/Nantes) - Centre Eugène Marquis (Rennes) - Institut Bergonié (Bordeaux)
  • Grand Est : Centre Georges-François Leclerc (Dijon) - Institut de cancérologie de Lorraine (Nancy) - Centre Jean Godinot (Reims) - Centre Paul Strauss (Strasbourg).

Les deux centres parisiens, Gustave Roussy et l’Institut Curie Paris – St Cloud du fait de leur taille et de leur rayonnement international, ne seront pas concernés par les fusions. Il en va de même pour l’Institut du Cancer de Montpellier et pour l’Institut Claudius Regaud (CLCC de Toulouse), actuellement dans un processus de coopération avec le CHU (l’Institut universitaire du cancer de Toulouse- Oncopôle).  

Marseille et Nice

En ce qui concerne l’IPC, il est ainsi prévu la création d’un Centre de lutte contre le cancer unique qui rassemblerait l’IPC à Marseille et le centre Antoine Lacassagne (CAL) à Nice. Ils partageraient un projet médical et scientifique unique qui serait décliné sur chaque site en tenant compte des complémentarités de chacun. Il n’y aurait aucune fermeture de site, ni de plan social.

Ainsi, après cette phase d’annonce dans chaque CLCC pendant l’été, la démarche opérationnelle sera lancée au 2ème semestre 2015, afin d’aboutir à la constitution effective des nouveaux CLCC fusionnés prévue à horizon fin 2016.